Les croyances limitantes, c'est quoi ?


Les croyances limitantes


Les croyances limitantes sont les croyances qui nous contraignent d'une manière ou d'une autre. En y croyant, nous ne pensons pas, ne faisons pas ou ne disons pas les choses que ces croyances inhibent. Et c'est ainsi que nous appauvrissons parfois notre vie.


Nous pouvons avoir des croyances sur les droits, les devoirs, les capacités, les autorisations, etc. Les croyances limitantes concernent souvent notre propre personne et notre identité. Cependant, les croyances limitantes peuvent également concerner le regard des autres, ou la vie en général. Et nous freinent dans notre épanouissement.



Je fais/je ne fais pas


Il est fréquent de se définir par ce que nous faisons, ou ne faisons pas. Je peux dire "je suis comptable", ce qui peut m'entraîner à croire que je ne suis pas apte à faire autre chose, et je réduis ainsi mon identité à mon métier.



Je mérite/je ne mérite pas


Une autre croyance limitante courante concerne la façon dont nous nous jugeons nous-mêmes, et ce que nous croyons mériter de la vie. Si votre petite voix intérieure vous dit depuis toujours que vous ne méritez pas de trouver l'amour, il est probable que votre subconscient vous empêche de trouver l'amour.



Je peux /je ne peux pas...


Nous avons souvent une image limitée de ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire. Si je pense que "je ne peux pas chanter", alors je n'essaierai jamais ou n'irai pas à des cours de chant pour améliorer mes capacités. C'est le cœur de nombreuses déclarations "je ne peux pas" : nous pensons que nos capacités sont fixes et que nous ne pouvons pas apprendre.



Je dois/je ne dois pas


Nous sommes liés par des valeurs, des normes, des lois et d'autres règles qui limitent ce que nous devons et ne devons pas faire. Cependant, toutes ne sont pas obligatoires et certaines sont nettement contraignantes et complètement subjectives. Si je pense que "je dois absolument faire le ménage tous les jours", cela me prive du temps qui pourrait être consacré à quelque chose de plus productif ou plus épanouissant.



Je suis/je ne suis pas

Le verbe "être" est une petite chose assez pernicieuse et comme nous pensons "je suis", nous pensons aussi "je ne suis pas" ou "je ne peux pas". Par exemple, nous pouvons penser "je suis un artiste" et en conclure que nous ne pourrons jamais être bons en mathématiques ou que nous ne devons pas nous salir les mains avec un travail manuel.


La pensée "je suis" suppose que nous ne pouvons pas changer. Que je pense "je suis intelligent" ou "je ne suis pas intelligent", ces deux croyances peuvent m'empêcher de chercher à apprendre. Le fait de penser "je suis" conduit également à la généralisation à tous les domaine de la personnalité et des possibilités.


Par exemple, lorsque "je suis stupide" signifie "je suis entièrement stupide, par essence et pour toujours", un meilleur encadrement consiste à relier le verbe à l'acte individuel, tel que "C'était une chose stupide à faire".


Lorsque l'on associe le verbe être à une valeur, on crée un point de vue sans nuance.



Le gens sont / seront

Tout comme nous avons des croyances limitantes à notre égard, nous avons aussi des croyances à l'égard des autres, qui peuvent nous limiter de nombreuses façons. Si nous pensons que les autres sont plus capables et supérieurs, alors nous ne les mettrons pas au défi. Si nous les considérons comme égoïstes, nous ne leur demanderons peut-être pas de nous aider.


Par ailleurs, nous devinons souvent ce que les autres pensent en nous basant sur notre "théorie de l'esprit" et sur les croyances que nous avons à leur sujet. Ces suppositions sont souvent fausses. Ainsi, nous pouvons croire qu'ils ne nous aiment pas alors qu'ils n'ont pas d'opinion particulière sur nous, peut-être même nous apprécient-ils ! De nos suppositions sur leurs pensées, nous déduisons des actions probables, qui peuvent bien sûr être complètement fausses.



Le monde fonctionne comme ci / comme ça


Au-delà des croyances limitantes ci-dessus, il peut y avoir toutes sortes de croyances sur "la façon dont le monde fonctionne", des lois de la nature à la propriété des matériaux. Cela peut aller de la croyance que tous les chiens vont mordre, à l'idée que les voyages en avion sont dangereux, jusqu'à "c'était mieux avant" (Le Golden Age Syndrom).



Pourquoi nous limitons-nous ?


À cause de nos expériences négatives passées


Nous agissons, quelque chose se produit... et nous tirons des conclusions pour le reste de la vie. Souvent, ces croyances s'avèrent utiles à un temps T, mais elles peuvent aussi devenir très contraignantes.


En particulier lorsque nous sommes jeunes et que nous avons peu d'expériences, nous pouvons tirer des conclusions hâtives. La nature nous construit ainsi pour nous mettre à l'abri du danger. Nous apprenons et construisons des croyances plus rapidement à partir d'expériences nuisibles. Mettre le doigt sur une poêle chaude fait très mal, ce qui nous amène à enregistrer que toutes les poêles sont dangereuses et qu’il ne faut donc pas les toucher. Mais ce qui peut être salvateur dans certains cas, peut devenir enfermant dans d'autres situations...


À cause de notre éducation


Lorsque nous formons notre perception du monde, nous ne pouvons pas dépendre des expériences pour tout. C'est pourquoi nous lisons et écoutons les parents et les enseignants sur le fonctionnement du monde et sur la manière de s'y comporter. Cependant, nos enseignants ne sont pas toujours aussi bien informés. Nous apprenons également de ce que nous disent nos camarades et sommes "infectés" par leurs croyances, qui peuvent être très restrictives.


L'éducation est une épée à double tranchant car elle dit que ce que vous voulez est bien et mal, bon et mauvais. Elle vous aide à survivre et à vous développer, mais ce n'est pas parce qu'on vous a dit quelque chose que vous n'essaierez jamais de faire des choses et que vous passerez ainsi à côté d'expériences et de connaissances agréables et utiles.


À cause d'une logique défectueuse


Dans les décisions que nous prenons, nous faisons des estimations de "retour sur investissement" et concluons facilement que l'investissement en temps, en efforts et en argent est insuffisant, et qu'il y a une faible chance de succès et une forte chance d'échec. Le retour peut même être négatif, car nous sommes lésés d'une certaine manière.


D’une manière générale, les gens font de nombreuses erreurs de décision, par exemple en se basant sur une mauvaise estimation des probabilités. Nous prenons un peu de données et nous les généralisons à tout. Nous nous basons sur des intuitions qui sont davantage fondées sur des espoirs et des craintes subconscients que sur la réalité.


Le mot "parce que" peut être étonnamment dangereux. Lorsque nous l'utilisons, il semble que nous utilisons la bonne raison, mais ce n'est peut-être pas le cas. Nous aimons comprendre la relation de cause à effet et, souvent, nous ne remettons pas en question les raisonnements qui utilisent les mécanismes de l'argumentation rationnelle.


À cause de notre égo


L'une des raisons pour lesquelles nous utilisons une logique défectueuse et des croyances limitantes de forme est de nous excuser de ce que nous percevons comme étant nos échecs.

Lorsque nous faisons quelque chose et que cela ne fonctionne pas, nous expliquons souvent notre échec en formant et en utilisant des croyances qui justifient nos actions et nous laissent irréprochables. Mais ce faisant, nous n'apprenons pas et risquons de nous mettre de plus en plus au pied du mur, limitant ainsi ce que nous penserons et ferons à l'avenir.


À cause de la peur


Les croyances limitantes sont souvent motivées par la peur. Le verrouillage de la croyance est la crainte que, si nous allons à l'encontre des croyances, nos besoins profonds seront lésés.

En fait, nos décisions comportent souvent une forte composante sociale et la pensée de la critique, du ridicule ou du rejet par les autres suffit à nous inhiber puissamment. Nous craignons également que les autres nous fassent du mal d'une manière ou d'une autre, et nous les évitons ou cherchons à les apaiser.





Il est indispensable de savoir si nos croyances limitantes sont réellement protectrices pour nous (on dit "écologiques" dans le langage technique de l'hypnose) ou si elles nous nuisent beaucoup plus qu'elles nous sauvent. Car effectivement, dans la pratique, certaines croyances qui nous limitent sont valables. Le problème est de faire la différence. Et beaucoup d'entre nous se trompent sur le plan de la sécurité perçue, et traitent les choses avec une prudence excessive.



Reprogrammez votre subconscient pour avancer sur vos objectifs ! Deep Belief est une application d’auto-hypnose et affirmations positives audio qui vous permet de déloger vos croyances limitantes, et d’atteindre vos objectifs de vie. Conçue par des experts en neurosciences, hypnothérapie, sonothérapie, et développement personnel. Une approche concrète et sans superstition de la loi de l’attraction. Téléchargez ici sur iOS : https://deepbelief.page.link/1Xcp